FR EN ES
FR EN ES

Lea PULKKINEN accompagne TUTTI Passeurs d’Arts

Tutti et moi

Lea PULKKINEN accompagne TUTTI Passeurs d’Arts

Lea Pulkkinen a accepté d’accompagner TUTTI. Professeure émérite en psychologie à l’université de Jyväskylä, elle a montré dans ses recherches l’impact des activités culturelles pratiquées dans l’enfance sur le développement des individus et leur épanouissement tout au long de leur vie.

Après un court résumé de sa carrière, elle répond à nos questions sur son engagement auprès de TUTTI.

 

Lea Pulkkinen a obtenu son doctorat à l’université de Jyväskylä, en Finlande, en 1969. Elle a travaillé dans son alma mater en tant que professeur de psychologie, et au début de sa carrière, également en tant que professeure associée d’éducation. Elle a été présidente de « l’International Society for the Study of Behavioral Development » de 1991 à 1996. Son principal projet de recherche a consisté à suivre le développement de mêmes individus (environ 350) de l’enfance à l’âge mûr. Les résultats de la recherche montrent que la qualité du comportement socio-émotionnel des enfants constitue une base importante pour leur développement futur dans les études et le travail, les relations humaines, la santé et l’intégration dans la société*.

 

Forte de ses conclusions, elle s’est engagée en faveur du soutien développement socio-émotionnel des enfants, par exemple en proposant des activités artistiques à la disposition des enfants dans les écoles. Les résultats montrent que les activités artistiques, en particulier la musique, améliorent les compétences sociales, les capacités de travail telles que la concentration et les résultats scolaires. Dans deux livres récents, elle a décrit à la fois les résultats de la recherche et les moyens de les atteindre**.

 

Elle était membre du conseil du réseau européen Alliance for Childhood qui a invité en septembre 2019, sur la base de son contact avec Verna Kaunisto, l’orchestre d’enfants Sistema Europe (représenté par TUTTI  Méditerranée et TUTTI Garges ) à accueillir les membres du Parlement nouvellement élus en donnant un concert devant le bâtiment Paul-Henri Spaak à Bruxelles. De plus, Marshall Marcus, le président de l’organisation Sistema Europe était invité à donner une conférence dans ce lieu prestigieux où l’Alliance avait organisé une session dans le cadre de son programme de conférences. Le concert a agréablement rappelé aux participants le devoir des adultes de considérer dans leurs décisions l’amélioration de la qualité de vie des enfants et des jeunes.

 

*Une synthèse des résultats publiés dans deux cents articles est disponible dans ce livre en accès libre : Pulkkinen, L. (2017). Human development from middle childhood to middle adulthood: Growing up to be middle-aged. (In collaboration with Katja Kokko.) London: Routledge. 
**Lapsen hyvinvointi alkaa kodista [Le bien-être de l’enfant commence à la maison]
Jyväskylä: PS-kustannus, 2022.
Tutkijan omakuva. [The self-portrait of a scientist.]. Helsinki: Teos, 2022.

 

 

Lea Pulkkinen et Verna Kaunisto;  Esther Abrami et TUTTI Passeurs d’Arts devant le parlement Européen le 3/9/2019

 

Lea Pulkkinen répond aux questions de TUTTI :

 

Léa, vous avez accepté d’accompagner TUTTI Passeurs d’Arts, quelle est votre motivation principale dans cet engagement ?

Verna Kaunisto a pris contact avec moi en 2013 et m’a demandé de soutenir El Sistema Finland. J’ai été très impressionnée de voir des enfants jouer dans l’orchestre, et je savais que c’était le genre d’activité nécessaire à l’école pour améliorer le développement socio-émotionnel des enfants. Les activités internationales des orchestres sociaux unissent des musiciens de différents milieux culturels et créent une fraternité et une solidarité dont on a bien besoin dans notre monde en crise. Je respecte profondément le travail effectué dans ce sens, notamment par TUTTI Passeurs d’Arts.

 

Avec votre vision d’experte, qu’est qui est le plus pertinent dans une activité extrascolaire comme celle de TUTTI ?

Des études internationales montrent que les facteurs critiques au-delà du succès des activités périscolaires sont :
– Un bon programme avec des objectifs clairs, et un personnel compétent.
– Une participation sur la durée et régulière à l’activité. Un nombre d’années plus élevé est associé à de meilleurs résultats.
– L’intensité de l’activité : lorsque le nombre d’heures par semaine augmente, les résultats s’améliorent. Les effets sont une estime de soi, un meilleur bien-être émotionnel (moins de dépression), un meilleur comportement social et une meilleure réussite scolaire,  moins d’échec scolaire, de consommation de drogues et de délinquance.
– Selon des études américaines, une durée excessive n’est pas un problème, tant que l’ensemble des activités extrascolaires ne dépasse pas 15 heures en moyenne par semaine. Pour déterminer un nombre optimal pour un enfant, de nombreux facteurs sont à considérer, le plus important étant l’âge de l’enfant, mais aussi le contenu des activités, la durée de la journée scolaire et des transports, et éventuellement des tâches à la maison. D’une manière générale, les activités extrascolaires doivent être une source de plaisir et de joie et pas un fardeau supplémentaire.
– Une collaboration avec la famille, l’école et les autres institutions auxquelles appartiennent les enfants, afin d’améliorer l’intégration des enfants dans leur environnement de croissance.

 

A quoi devons-nous faire attention ?

Le point le plus important est celui de l’orientation vers l’enfant. Il comprend la prise en compte des besoins psychologiques fondamentaux de chacun : relation, compétence et autonomie.
– Le besoin de relation est satisfait par l’amour et l’attention et frustré par un traitement sévère.
– Le besoin de compétence est satisfait par l’orientation et la régulation en exprimant des attentes claires en matière de comportement et en apportant un soutien et un retour d’information positif et orienté vers le processus, si nécessaire. Il est frustré par le chaos lorsque les attentes ne sont pas claires ou sont impossibles.
– Le besoin d’autonomie est satisfait par l’autonomie démocratique, non directive et psychologique, et frustré par la pression et le contrôle coercitif et dominateur.
Le centrage sur l’enfant inclut également la prise en compte de sa condition physique. Un enfant fatigué et affamé n’a pas l’énergie nécessaire pour s’engager dans une activité. La durée de la séance doit être déterminée en fonction de la capacité d’attention de l’enfant.
Un risque dans le travail avec les enfants est de se centrer sur les adultes (sur l’organisation) et de négliger les besoins des enfants. Une bonne planification d’une activité présuppose la recherche d’un équilibre entre différents points de vue.

 

Qu’aimeriez-vous dire aux jeunes et aux enfants qui participent aux programmes de TUTTI ?

Profitez-en et soyez heureux ! Vous avez la chance d’avoir la possibilité d’apprendre à jouer d’un instrument avec des personnes compétentes et aimantes. Jouer d’un instrument vous procurera du plaisir tout au long de votre vie et pas seulement pour vous, mais aussi pour vos proches.

 

Qu’est-ce qui vous rendrait heureuse dans votre engagement auprès de TUTTI ?

Je serais heureuse de voir les décideurs comprendre la valeur de TUTTI pour le développement socio-émotionnel d’enfants issus de milieux différents. Tant du point de vue individuel que sociétal, le bien-être des enfants et des jeunes devrait être considéré comme le premier des objectifs.

Partager l'article

Nos autres articles à découvrir

TUTTI et moi : Zineb EL AMRI

TUTTI Bretagne participe au SEYO à Madrid

Choisir et se voir confier un instrument